le CECR

 

Click to see different performance levels...

Cliquez sur chacun des boutons pour vous auto-évaluer...


A2, B1 et B2 sont les niveaux de compétence les plus courants de nos étudiants dans le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues.

Ce dispositif leur est destiné. Les liens A2, B1 et B2 mènent à un site institutionnel qui montre des vidéos d'exposés oraux et leur évaluation par un panel d'experts. Les étudiants y écoutent quelques prestations de niveau identifié et, par une comparaison implicite, jugent de leur propre niveau. Nous vous conseillons fortement de les regarder vous-mêmes afin de caler votre procédure d'évaluation de l'oral sur les instances européennes.

Nous sommes bien conscients cependant que l'institution dans laquelle vous travaillez ne s'est pas nécessairement préoccupée d'une évaluation des langues en termes CECR, et se contente des termes traditionnels de la note sur 20, laquelle ne fait guère de sens pour nous linguistes, et surtout anticipe très mal l'exigence B2 à l'entrée en Master.

La grille ci-dessous, due à Marc Ivian, propose-t-elle des équivalences CECR - note sur 20 qui pourront vous être utiles.

___________________________________________________________________________________________________

 

_____________________________________________________________________________

Quelques autres outils pour l'oral :

En annexe (cliquez ici) vous trouverez la grille officielle CECR concernant l'oral. Imprimez-la, distribuez-la. Demandez à vos étudiants d'y situer leur compétence actuelle, puis leur objectif.

Aussi, Virginia Gardner, professeur à l'IMAG de Grenoble, a fabriqué une grille CECR explicitement raccordée à notre notation habituelle sur 20, mais pour la prise de notes.

Participation

Un outil simplissime :




Dans une situation où le groupe classe est nombreux, pour animer l'ensemble il est bon de noter la participation.


Chaque fois qu'un étudiant s'exprime, puis accepte et intègre les propositions d'amélioration, il reçoit une barre. Chaque fin de séance, l'enseignant interpelle ceux qui se sont exprimés et leur demande combien de fois ils l'ont fait. On a ainsi rapidement un tableau de bord clair de l'activité orale du groupe. Dès que deux ou trois d'entre eux ont atteint les dix barres, on "va chercher" les autres, en particulier bien sûr ceux qui se sont le moins exprimés. Le tableau est consultable à chaque cours, pour qu'ils voient où ils en sont. Lorsque même les plus discrets sont intervenus 3 ou 4 fois, on clot le cycle. La note est le résultat du nombre de barres multiplié par deux (sauf pour 10 barres, qui donnerait 20, anomalie statistique). On s'assure ainsi que tout le monde s'est exprimé en solo face au groupe. Puis on recommence un cycle, et généralement les moins loquaces sont plus enclins à la prise de parole.
L'intérêt —qu'il faut expliciter— c'est que la note n'a rien à voir avec la compétence langagière. Elle rend seulement compte de la volonté de tenter de s'exprimer en public, sans préjuger de la qualité de la langue, laquelle, évidemment, doit être aussi évaluée, mais séparément.


 

Qualité de langue

 

Mettre en place pratiquement à chaque cours une phase d'échange entre étudiants sur le sujet du jour, généralement à partir d'une prise de notes préliminaire. Ils travaillent en paires. Souvent après un quart d'heure d'activité on demande un changement de partenaires, de façon que les moins habiles aient une seconde opportunité d'améliorer leur prestation, et les meilleurs, de l'enrichir. On tourne avec son carnet et on les écoute. Ils s'habituent vite à cette présence nomade, et on les évalue nominalement pendant leur échange, en termes A/B/C. Une autre source évidemment est le moment où l'on demande à certains d'entre eux, après l'entraînement en pair-work, de s'exprimer face à l'ensemble du groupe.
Ainsi il y a apprentissage de l'échange en langue-cible, quel que soit le niveau d'opérationnalité, puis apprentissage de la prise de parole face à un groupe, avec tous les ingrédients de la performance —correction de langue, mais aussi savoir-faire, savoir-être, interaction avec le groupe, etc.


En termes d'évaluation tous ces moments sont autant de fenêtres par lesquelles l'enseignant a tout loisir d'observer chaque individu dans la réalité de son fonctionnement langagier.